Veille Technologique – La Blockchain

La veille technologique c’est ?

La veille informatique consiste à se tenir informer des avancées technologiques dans l’informatique pour voir les progrès effectués ou de découvrir de nouvelles innovations. Il faut rassembler ces informations, les analysées et les diffusées.

1. Histoire de la monnaie :

La confiance va de pair avec la valeur. Elle est à l’origine de nos rapports collectifs, elle garantit la valeur de nos relations, de nos échanges et de nos biens.

Sa forme a évolué de nombreuses fois au cours de l’Histoire en fonction des usages :

Matériel :

 

Le troc : il remonte à la Préhistoire. On pouvait s’échanger des outils en échange de nourriture.

 

 

La monnaie : la stabilité des premières civilisations et la naissance de l’agriculture ont imposé la tenue des comptes marchands et la création d’une réserve de valeur par la miniaturisation. Les échanges se font grâces à des pièces de monnaie.

 

La monnaie papier : la création de valeur nécessite de pouvoir faire circuler le plus possible les capitaux pour assurer la rapidité de nos échanges. La monnaie métallique sert alors à échanger des commodités et la monnaie papier à investir tandis que la monnaie papier est adossé à l’étalon-or (jusque fin 1940)

 

Dématérialisé :

La numérisation : Les évolutions technologiques améliorent la qualité de vie des peuples, la croissance démographique amplifiant ce phénomène. L’ordinateur est aujourd’hui le moyen moderne qui relie les gens entre eux. La miniaturisation s’arrête là.

Les prévisions futures : La monnaie, puis sa numérisation ont d’abord été gérées par des institutions privées ou étatiques. Aujourd’hui, la souveraineté monétaire des individus est au centre de la recherche, et la blockchain permet de recréer du lien pair-à-pair.

La Blockchain : il s’agit de plusieurs blocs contenant des informations dans un registre public dont les données ne sont pas modifiables. Tout est retraçable et c’est ce qui fait la force de ce réseau. 

Cette technologie est réputée infalsifiable moyennant la réquisition de la moitié de la puissance de la puissance de calcul de son réseau, entrainant sa défaillance générale et donc l’obsolescence du service

 
2. La Blockchain comme outil de confiance :

Le principe :

Détails techniques :

Chaque bloc contient des données, le hachage du bloc et le hachage du bloc précédent. Par exemple, la blockchain Bitcoin par exemple stocke les détails d’une transaction. Un bloc a également un hachage, c’est son empreinte digitale.

La modification de l’empreinte d’un bloc rend les blocs précédents invalides.

Chaque bloc possède en mémoire le hachage du bloc précédent et cela jusqu’au bloc initial qui constitue le premier élément.

On crée une chaine de bloc par accumulation

 

La sécurité par la preuve de travail (Proof of work) :

Les trois fondations d’une blockchain

Ce système est utilisé par la blockchain Bitcoin : les machines du réseau valident les blocs par des calculs mathématiques et laissent une trace de cet effort. Chaque ordinateur du réseau possède la même copie du registre. Il y a consensus du réseau. Si un nœud du réseau détecte une anomalie, et on peut retrouver son origine.

D'autres moyens de sécuriser le réseau :

Le développement des cryptomonnaies et la naissance de leurs usages :

Source : Wikipedia, Bitcoin

Bitcoin représente considéré comme l’or digital et deviendra potentiellement la plus grande réserve de valeur numérique.

La monnaie est une réserve de valeur et apporte aussi un usage. On peut créer des jetons propres à certains usages (Logistique, Finance, Immobilier, l’art…).

La blockchain Ethereum a été conçue pour créer un réseau de blockchain interconnecté et interopérable à partir de smart contracts. Chaque blockchain possède une notice d’usage appelée smart contract dans lesquels on programme les règles basiques des échanges. Les jetons reliés à la blockchains  Ethereum utilisent le protocole ERC-20 de manière décentralisée.

Cas pratique :

Il existe déjà de nombreuses utilisations de la blockchains pour autant de besoins grâce la loi de Moore et la croissance exponentielle des performances des ordinateurs actuels.

3a. Les layers :

On connait généralement la blockchain par le biais des cryptomonnaies, d’une part car la technologie est en premier lieu monétisable, c’est une réserve de valeur intrinsèque. En permettant de sécuriser les échanges de différente nature on allège le coût de cette tâche et on peut en générer un bénéfice.

On utilise la blockchain par principe car elle est open-source et offre des usages adaptés à n’importe quel besoin et par rapport à son développement actuel. L’économie blockchain sert à démocratiser la technologie.

La blockchain est une technologie récente conserve les échanges de valeur et on en retrouve plusieurs comme Bitcoin, Ethereum puis d’autre sous-blockchains appelées blockchains de layer 2 à n layers qui reprennent le code du layer 1 pour l’améliorer et le dédié à divers usages.

Exemple de layers avec Ethereum

Structure des layers 1 et 2

 
Exemples de layers :

Pour la blockchain Bitcoin : 

Bitcoin = Layer 1 : monnaie d’échange et réserve de valeur de l’écosystème blockchain. Son développement est toujours d’actualité mais les avancées sont lentes.

Litecoin = Layer 2 : Litecoin reprend le code de Bitcoin et la révision du code permet d’augmenter le nombre de transaction par secondes et leur coût.

Pour la blockchain Ethereum: 

Ethereum = Layer 1 : C’est actuellement la plus grande blockchain permettant la création facile de smart contract.

 Rarible = Layer 2 = Boutique en ligne d’échange de NFT

Les blockchains propriétaires et exemples complémentaires:

On retrouve aussi des blockchains développées par des entités annexes. Par exemple, Vechain qui est une blockchain d’infrastructure spécialisée dans la traçabilité. Elle permet d’améliorer la logistique et de retrouver l’origine d’une action : Retrouver un élément défectueux dans une chaine de production, aider les agriculteurs à retrouver les animaux à l’origine d’une maladie au sein de leur cheptel, défendre la propriété intellectuelle des créations par le copyright pour contribuer à leur reconnaissance et la rétribution de leur projet.

Il existe de nombreuses autres applications comme dans le domaine des jeux vidéo : Ultra UOS et les plateformes de métaverses avec des projets comme celui de META ou d’autres natifs à blockchain comme MANA Decentraland pour créer des mondes et une économie réelle. La Terre ayant une superficie limitée on peut la rendre virtuellement infinie grâce au digital.

                               

Cardano qui contribue à l’essor économique des pays sous-développés en participant au développement du système éducatif Ethiopien et créer l’équivalent français de Pronote. 

 
 
4. Les langages de programmations les plus répandue dans l’univers blockchain : 
Exemple de blockchains codées en divers langages de programmation

C#, C++, Java, Python, et Go sont globalement utilisés pour développer les contrats intelligents mas aussi Javascript associés à Typescript.

 

Conclusion : 

La blockchain a un avenir prometteur en terme d’innovation et joue un rôle important dans l’évolution de la société par sa implication des systèmes d’infrastructure et sa valeur de confiance. Elle représente plus qu’une technologie en voulant redonner à chacun sa souveraineté individuelle.

Dan, Amazigh, Mehdi - le 10/12/2021